Tous les articles (215)
DSN (77)
Paie (70)
RH (62)
Rupture de contrat (32)

Grille de salaires du commerce de gros

Les entreprises relevant de la convention collective nationale des commerces de gros du 23 juin 1970 doivent respecter une grille de salaires minimaux, basée sur le classement conventionnel du salarié. Ce classement, indiqué sur le bulletin de paye, est déterminé par le niveau, l’échelon et le coefficient attribués à chaque salarié.

La grille de rémunérations minimales en vigueur pour 2024 résulte de l’accord du 2 juin 2023 relatif aux minima conventionnels, et s’applique depuis le 1er juin. Si le salaire conventionnel est inférieur au Smic, c’est le Smic qui prévaut. Voici les détails de cette grille, présentés pour les niveaux I à VI et VII à X.

Tableau des salaires minimum dans le commerce de gros (niveaux I à VI)

NiveauÉchelonCoefficientSalaire mensuel brut
I11,0061756,86 €
21,0061767,40 €
31,0061778,00 €
II11,0061788,67 €
21,0061799,40 €
31,0061810,20 €
III11,0061821,06 €
21,0061831,99 €
31,0061842,98 €
IV11,0061854,04 €
21,0061865,16 €
31876,35 €
V11,03751884,07 €
21,03751954,73 €
31,03752028,03 €
VI11,03752104,08 €
21,03752182,98 €
32264,84 €

Tableau des salaires minimum dans le commerce de gros (niveaux VII à X)

Pour les niveaux VII à X, les salaires sont exprimés sur une base annuelle. Le salaire minimum annuel doit être comparé au total des salaires bruts perçus par le salarié au 31 décembre. En cas d’arrivée ou de départ en cours d’année, le calcul se fait au prorata temporis, de même qu’en cas de changement de classification conventionnelle.

NiveauÉchelonCoefficientSalaire annuel brut
VII11,0528 870,42 €
21,0530 418,94 €
31,157331 939,89 €
VIII11,136 964,03 €
21,140 660,43 €
31,144 726,48 €
IX11,149 199,13 €
21,1554 119,04 €
X11,262 236,89 €
274 684,27 €

Ces grilles de salaires doivent être rigoureusement respectées par les employeurs pour garantir leur conformité et éviter des sanctions. Les salaires doivent être régulièrement ajustés pour tenir compte des hausses du Smic et de l’inflation, conformément aux accords signés par les partenaires sociaux.

L’administration, fidèle à elle-même, persiste à compliquer la vie des entreprises avec des réglementations toujours plus alambiquées. Pour toute question ou situation particulière, il est conseillé de consulter un spécialiste en droit social pour s’assurer que toutes les obligations légales et conventionnelles sont bien respectées.